Saltar para o conteúdo

Entrevista com Philippe Nouhra, CEO da FunForge

2009/06/19
by

logofunforgeEsta entrevista foi feita a Philippe Nouhra, CEO da FunForge, no passado dia 16 de Junho. De momento está apenas em francês, mas em breve espero conseguir traduzi-la para português.

Para aqueles que quiserem dar o seu contributo nessa árdua tarefa podem contactar-me através dos comentários a este post! Até lá fiquem com a versão francesa da entrevista!

JogoEu(JE) – Comme define vous le project FunForge?

Philippe NOUHRALe projet initial de Funforge était assez simple : il s’agissait de créer une maison d’édition permettant d’éditer des jeux de qualité sans s’imposer de limites dans la politique d’édition de la société.

Funforge est encore une jeune société et nous souhaitons la faire grandir à son rythme sans jamais ni perdre notre temps ni nous précipiter. Nos prévisions actuelles sont de deux jeux publiés par an à partir de 2010 mais cela pourrait le cas échéant être plus ou moins en fonction de la qualité des projets et de leur degré d’avancement. Nous misons sur notre capacité à proposer des produits à la réalisation irréprochable, c’est un processus qui prend du temps et que nous ne voulons surtout pas négliger. Au final on pourrait simplement résumer Funforge et ses projets comme un éditeur de jeux originaux, aux thèmes présents, à la réalisation irréprochable et aux mécanismes de jeu favorisant l’interaction et l’amusement entre joueurs plus que la réflexion pure.



JE – Combien de jeux FunForge lancerá jusqu’ au final de cet année?

Philippe NOUHRANous entamons à peine notre départ. Funforge est né fin 2008 et nous en sommes à la commercialisation réelle de notre premier jeu « Illusio » cet été.

Nous préparons Pony Express pour Essen en fin d’année et par conséquent nous ne sortirons que ce nouveau jeu en 2009 bien que les deux (Illusio et Pony Express) devraient se trouver en magasins d’ici la fin 2009.

JE – Quel est le jeux qui vend plus chez-vos?

Philippe NOUHRAComme je le disais précédemment nous commençons tout juste la commercialisation d’Illusio et c’est pour le moment notre seul jeu en boutique (il arrive durant l’été), en conséquence la question ne peut pas se poser dans notre cas. Il faudra nous reposer cette question d’ici 2 ou 3 ans pour avoir des données significatives par rapport à notre catalogue.


JE – Quelles sont les attentes que vous avez pour le nouveux Pony-Express?

Philippe NOUHRAPony Express est un coup de cœur que nous avons eu pour un jeu résolument fun et au thème porteur. Sa simplicité, l’ambiance qui se dégage de toutes les parties jouées jusqu’à présent sans exception, la réputation de ses auteurs et le travail de réalisation que nous sommes en train de réaliser nous portent à croire qu’il possède le potentiel d’un important succès auprès de tous publics, qu’ils soient familiaux ou de joueurs.

Nous sommes extrêmement enthousiastes à l’idée de pouvoir le présenter à Essen cette année. Nous sommes persuadé que tout le monde va beaucoup s’amuser autour des tables de Pony Express !

JE – Nous avons déjà intervue Mr. Fauduti mas pas Mr. Bauza, comment le caractériserait vos?

Philippe NOUHRAIl faut noter que Pony Express est initialement un jeu de Bruno Faidutti sur lequel Antoine Bauza est intervenu plus tard. Aujourd’hui bien entendu le jeu est clairement un projet commun de Bruno et d’Antoine et leurs personnalités se complètent de façon brillante sur un jeu comme Pony Express. Bruno est un auteur méticuleux, attentif aux détails et à l’équilibrage des règles, c’est quelqu’un qui est capable de produire des mécanismes très élégants de façon très naturelle. Antoine pour sa part est un auteur innovant, il a su apporter les principes simples et amusants qui sont intelligemment venus se fondre avec les règles établies à l’origine par Bruno. Le mélange de leurs deux styles donne au final un jeu très facile d’accès, aux mécanismes élégants tout en étant délirants.

Humainement Bruno et Antoine sont deux auteurs avec lesquels il est extrêmement facile de travailler. Ils sont à l’écoute, ouverts aux suggestions mais également suffisamment vigilants pour savoir refuser une idée qui leur semble mauvaise ou de trop. Notre collaboration sur Pony Express a été un plaisir du début jusqu’à la fin !

JE – Qu’est-ce que vous fascine dans ce prototype qui vous ont conduit à edité?

Philippe NOUHRA Comme je le disais dans ma réponse précédente, ce qui a été tout de suite évident à la découverte du prototype de Pony Express était son aspect purement ludique dans le sens interactions entre joueurs. Contrairement aux gros jeux de gestion où chacun joue un peu dans son coin, les joueurs de Pony Express sont en permanence confrontés les uns aux autres et cela que ce soit pendant leur tour de jeu (avancée, dépassement, duels, etc.) ou pendant le tour des jeux des autres (dénoncer les bluffs, négocier pour savoir qui ment ou qui dit la vérité, s’allier le temps d’un ou deux tours avec un autre joueur que l’on trahira le tour suivant, etc.). Pony Express fourmille littéralement d’excellentes idées qui créent une ambiance incroyable autour de la table. On le sent à la lecture des règles (que nous dévoilerons bientôt) et on le confirme en y jouant ! On ne s’ennuie jamais pendant une partie de Pony Express et c’est véritablement la grande force de ce jeu.

Une autre composante essentielle de Pony Express tient à son thème : le far West. Il était original de créer un jeu de course autour de ce thème particulier en utilisant tous les éléments du genre (notamment les dés de poker). Nous trouvons que cela change des voitures de courses, des motos ou des vaisseaux spatiaux et les illustrations de Mathieu Beaulieu sont parfaites pour en souligner l’importance.

JE – L’affaire des jeux de plateau est rentable ?

Philippe NOUHRANous pourrons vous répondre à cette question d’ici quelques années. Pour le moment Funforge est encore en phase de démarrage et l’équilibre financier est à atteindre. Nous y travaillons dur et ce qui est certain c’est que rien n’est jamais gagné !

Le marché des jeux de plateaux recèle un potentiel fort de par sa nature apte à contenter à la fois les joueurs « geeks » et à la fois les familles (qui n’a jamais joué à un jeu de plateau de sa vie ?) mais les paramètres pour contenter ces différents publics sont souvent très différents et obligent à opérer des choix qui ne sont pas toujours évident à discerner et à mettre en œuvre.

Nous pensons que les choix que nous effectuons en terme, notamment de qualité de réalisation (en plus, bien évidemment, de la qualité du jeu en lui-même) est le meilleur choix stratégique possible. De nombreux éditeurs nous ont précédés dans cette démarche précise (FFG, Days Of Wonder…) et nous sommes bien décidés à nous hisser à la hauteur de leurs succès dont nous sommes admiratifs et pour lesquels nous avons le plus grand respect!

JE – Qui sera le gagnant du Spiel 2009 pour vous ?

Philippe NOUHRAA vrai dire c’est un sujet délicat et pour en tirer ma conclusion (qui n’est au final que le reflet de mes réflexions et goûts très personnels), il convient d’analyser les jeux en concurrence un par un :

Pandémie : arrive à allier un mécanisme de coopération forte et donc d’interaction permanente entre les joueurs (ce que je privilégie en tant qu’éditeur) en l’associant à un principe de « panique » qui créé intelligemment les tensions propres à renouveler les parties les unes après les autres en y introduisant des envies de battre enfin le jeu ! Son thème est peut-être malheureusement trop d’actualité et certainement un peu trop sinistre et premier degré pour en faire un jeu accessible à tous.

Fits : bien qu’apportant quelques innovations par rapport à son ancêtre d’origine (Tetris) ne m’a pas convaincu, peut-être parce que j’ai justement trop joué à Tetris à l’époque. Je n’y ai vu qu’une nouvelle déclinaison d’un jeu aux mécanismes archi connus existant depuis des années. Il ne prend même pas réellement la peine d’innover en terme de présentation (qui est d’ailleurs très austère) et m’a rapidement lassé.

Dominion : est intéressant dans son mécanisme mais je le trouve justement trop « mécanique » et les parties me laissent l’impression étrange d’y jouer un peu trop seul. A mon sens il manque d’interactions fortes entre joueurs et la course à la construction de son deck  n’a pas réussit à me convaincre, en tout cas pas suffisamment pour y voir un SdJ.

Fauna : réunit toutes les grandes qualités des jeux universellement accessibles au plus grand nombre ce qui est un aspect important du SdJ mais c’est peut-être son côté déjà-vu (encore un jeu de questions/réponses !), et malgré son principe de pari, qui me fait encore préférer l’originalité de Pandémie.

Finca : fait partie des jeux que je n’aime pas car je ne parviens pas à m’y investir du fait d’un thème complètement artificiel. Il aura de bonnes chances compte tenu de son format de remporter le prix mais personnellement je serai déçu de voir que des jeux ayant porté un soin particulier sur la cohérence de leur thème avec leur mécanique comme, encore une fois, Pandémie, ne soit pas récompensés…

Pour résumer je dirai que ma conclusion est double : en ce qui me concerne et pour toutes ses qualités ludiques je donnerais le Spiel 2009 à « Pandémie ». Malheureusement son thème devrait être un lourd handicap qui, à mon avis, va permettre à « Fauna » de l’emporter.

JE – Quels sont les créateurs avec qui vous aimeriez travailler à l’avenir ?

Philippe NOUHRAIl y en a beaucoup ! Pour Pony Express qui n’est que notre deuxième jeu nous sommes déjà très fiers et heureux de pouvoir ajouter au catalogue de Funforge les noms de Bruno Faidutti et d’Antoine Bauza.

En règle générale nous souhaitons privilégier les jeux proposant des thèmes forts et des mécaniques de jeu favorisant l’interaction humaine entre les joueurs plus que la réflexion pure et dure même si nous ne nous interdisons pas d’aller y faire un tour un de ces jours !

Plus que les auteurs eux-mêmes ce sont les projets et leur potentiel qui attirent notre attention. Bien évidemment les auteurs chevronnés, de par leur expérience proposent plus facilement des projets aboutis et bien réglés ce qui aide à convaincre de leur potentiel. Pour ne citer que quelques noms à titre d’exemple je pense qu’il serait intéressant de travailler à nouveaux avec Bruno Faidutti et Antoine Bauza, comme avec des gens comme Hervé Marly, Alan Moon, Serge Laget, Ludovic Maublanc, Philippe Keyaerts ou James Ernest pour ne citer que quelques noms parmi tant d’autres….

Anúncios
No comments yet

Deixe uma Resposta

Preencha os seus detalhes abaixo ou clique num ícone para iniciar sessão:

Logótipo da WordPress.com

Está a comentar usando a sua conta WordPress.com Terminar Sessão /  Alterar )

Google+ photo

Está a comentar usando a sua conta Google+ Terminar Sessão /  Alterar )

Imagem do Twitter

Está a comentar usando a sua conta Twitter Terminar Sessão /  Alterar )

Facebook photo

Está a comentar usando a sua conta Facebook Terminar Sessão /  Alterar )

Connecting to %s

%d bloggers like this: